Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Économie : Le projet «Haïti Invest» a mobilisé 31 millions US$

Haïti - Elim. Mondial U-20 Chili 2025 : Pré-liste des Grenadiers (+ calendrier)

Haïti - Kénya : Le Président Edgard Leblanc Fils s’est entretenu en visioconférence avec le Président Ruto

Haïti - Actualité : Zapping…


+ de nouvelles


iciHaïti - Saint-Marc : 2 bandits armés arrêtés

iciHaïti - World Paella Cup 2024 : Haïti présélectionné, votez pour son Cheff

iciHaïti - PNH : Normil Rameau nouveau DG, arrêté publié au Journal officiel

iciHaïti - Justice : L'armée dominicaine remet un Haïtien recherché à la PoliFRONT

iciHaïti - AVIS : 404 nouveaux passeports disponibles pour livraison (Santiago, RD)


+ de nouvelles



iciHaïti - Un peu d'histoire : Virginie Sampeur première poétesse et femme de lettres haïtienne
15/05/2023 09:47:53

iciHaïti - Un peu d'histoire : Virginie Sampeur première poétesse et femme de lettres haïtienne
Le saviez-vous ?
Virginie Sampeur est l'auteure du célèbre et déchirant poème « L'abandonnée », écrit en 1876, et reproduit dans de nombreuses anthologies. Elle est également l'auteure d’« Angèle Dufour », un roman semi-autobiographique inédit (Louis Morpeau) et des « fantaisies » publiées çà et là, dont « Le songe d'Estelle », « Francine»…

Elle a aussi collaboré à diverses revues littéraires haïtiennes. Pour une raison inconnue, Virginie Sampeur a brulé plusieurs de ses manuscrits avant de s'installer en France en 1876. Institutrice de formation, polyglotte et cultivée, Virginie Sampeur a dirigé le Pensionnat national des demoiselles à Port-au-Prince pendant huit ans.

La grande voix de la poésie haïtienne du 19e siècle était la femme du poète Oswald Durand.

Née à Port-au-Prince le 28 mars 1839, Virginie Sampeur meurt dans sa ville natale le 8 juin 1919.

Poème « L’Abandonnée » (1876) :

« Ah ! si vous étiez mort ! De mon âme meurtrie
Je ferais une tombe où, retraite chérie,
Mes larmes couleraient lentement, sans remords…
Que votre image en moi resterait radieuse !
Que sous le deuil mon âme aurait été joyeuse !
Ah ! si vous étiez mort !

Je ferais de mon coeur l’urne mélancolique
Abritant du passé la suave relique,
Comme ces coffrets d’or qui gardent les parfums;
Je ferais de mon âme une ardente chapelle
Où toujours brillerait la dernière étincelle
De mes espoirs défunts.

Ah ! si vous étiez mort , votre éternel silence,
Moins âpre qu’en ce jour, aurait son éloquence,
Car ce ne serait plus le cruel abandon
Je dirais: « Il est mort, mais il sait bien m’entendre,
Et peut-être en mourant n’a-t-il su se défendre
De murmurer: « Pardon ! »

Mais vous n’êtes pas mort! ô douleur sans mesure!
Regret qui fait jaillir le sang de ma blessure,
Je ne puis m’empêcher, moi, de me souvenir;
Même quand vous restez devant mes larmes vraies,
Sec et froid, sans donner à mes profondes plaies
L’aumône d’un soupir !

Ingrat ! vous vivez donc, quand tout me dit vengeance !
Mais je n’écoute pas ! À défaut d’espérance
Le passé par instants revient , me berce encore.
Illusion, folie ou vain rêve de femme,
Je vous aimerais tant, si vous n’étiez qu’une âme !
Ah ! que n’êtes-vous mort ! »


IH/ iciHaïti

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English




Pourquoi IciHaiti ? | Contactez-nous | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
IciHaiti.com